vitrail
 

Dimanche 17 septembre : 16h : conférence : " Saint Bérégisse, évangélisateur de l'Ardenne" par Jules Delfosse

Dimanche 22 octobre : journée Grégorienne : 10h30 messe en grégorien et 15h30 vêpres : chorale Saint-Irénée de Bruxelles

down
Actualités

13 juin 2016 : pélerinage en l'honneur de saint Antoine de Padoue:



Cérémonie présidée par le père Bernard Lorent abbé de Maredsous.

Retour en image de Corinne Salmon sur le site du diocèse:

http://www.catholique-reims.cef.fr/blog/hommage-a-saint-antoine-de-padoue/

 

--------------------------------------------

 

le 13 juin 2015

Sortie d'un nouvel ouvrage de 32 pages sur l’église Saint-Antoine des Hauts-Buttés par le Père Gilles Guerigen intitulé : "HAUTS BUTTES  Saint-Antoine - Enracinement"
Chapitres:

-Trésor (de la prière, de la mémoire, de l'art, de la vie chrètienne...)

-Antoine de Padoue…sa vie…

-Genèse du sanctuaire

-Style

-Jean-Baptiste Couty l’Architecte

-Agrandir ?

-Extérieur

-Espace et lumière

-Verrières

-Statues

-Les ex-voto

-Orfèvrerie

-L’orgue Hollandais du XVIIIème

-Cloches

-Mesures…

 

Avec la participation de l’association des Amis de L’orgue et du Patrimoine Culturel
des Hauts-Buttés ( AAOHB)

Les bénéfices de la vente iront à la restauration de l’église et des ex-voto.
Prix 7 € (en  vente sur place au sanctuaire ou par correspondance )

Par correspondance :
AAOHB - 25 rue Eva Thomé - 08800 Thilay

(par chèque : ordre AAOHB :  port 2 € à rajouter )

 

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 23 novembre: Concert à l'occasion de la Sainte-Cécile

Ensemble vocal SOLICHOR et Pascale ROUET à l'orgue

retour en image sur le site du diocèse :

http://www.catholique-reims.cef.fr/spip.php?article7170

 

----------------------------------------------------------------------

 


PELERINAGE A ROME

Le sanctuaire des Hauts Buttés à organisé un pèlerinage à Rome

du 15 au 20 Septembre 2014, résumé du voyage et photos sur le site du diocèse :

http://www.catholique-reims.cef.fr/spip.php?article6968

 

--------------------------------------

 


Pélérinage 2014 : 13 et 14 Juin

En ce vendredi 13 juin 2014 dès 7h30 de nombreux pèlerins, venus à pieds des environs, se sont installés sur les bancs de la basilique pour assister à la première messe...

Le pèlerinage est un voyage de dévotion vers un lieu saint, une
démarche qui conduit à sortir de soi-même, dans une volonté de conversion. Cette démarche qui nous conduit vers Dieu est symbolique de notre pélerinage terrestre.

Entre 9h et 10h les prêtres ont donné le sacrement de reconciliation aux pélerins qui le souhaitaient.

Puis vers 10h les fidèles arrivaient en nombre  (un millier de personnes, trois cars: deux de Belgique et un de l'Aisne) pour la récitation du chapelet et la grand messe qui allait suivre

Pour accueillir la foule des pèlerins, un grand chapiteau prolongeait l'église qui comportait cette année 4 grands écrans plats permettant ainsi à tous de suivre la cérémonie.

Une toute nouvelle sonorisation intérieure et extérieure de l'église installée il y a deux mois à l’initiative de l’Association des Amis de l’Orgue et du Patrimoine Culturel des Hauts–buttés avec la participation du Rotary Club de Fumay (qui organise d’ailleurs le dimanche 22 juin une marche pour aider l’AAOHB à finir de financer cette nouvelle sono).

Cette année le sanctuaire accueillait, pour présider la messe solennelle, le doyen du" Chapitre Cathédral" de NAMUR : Monseigneur Jacques LAMSOUL
 (prélat de sa Sainteté le Pape), d'autre part concélébrée par un dizaine de prêtres  dont le père Georges Bernard, chapelain du sanctuaire, le père Thierry Bettler, Curé des 4 paroisses Meuse et Semoy, le père Henry Brisefer, le père Jean Gabriel Arnoult, et 4 autres prêtres belges et africain, sans oublier le diacre Pierre Dupuy.

Après la messe tout le monde s’est retrouvé pour la traditionnelle procession de la relique de saint Antoine et de la statue du grand saint fêté ce jour.
L'après-midi eu lieu l'office en l'honneur de saint Antoine avec une nouvelle fois la vénération de la relique.

Si une tradition populaire fait invoquer saint Antoine pour retrouver les objets perdus, on oublie un peu trop souvent que ce fut surtout un grand prédicateur, déclaré Docteur de l'Église et Thaumaturge ( qui signifie «qui fait des
miracles »). C'est probablement la raison pour laquelle les pèlerins lui
confient détresses, souffrances comme en témoignent les quelques 2500 exvotos
de l'église, mais aussi l'affluence considérable depuis presque 150ans aux Hauts-Buttés.

Le pape saint Jean-Paul II écrivait à propos du pélerinage : « Ce voyage intérieur a pour but de nous détacher de ce qui, en nous et autour de nous, est contraire à la loi de Dieu, afin d'être en mesure de rencontrer pleinement le Christ, confessant notre foi en Lui et recevant l'abondance de sa miséricorde».

Nous vous donnons tous rendez vous pour le pèlerinage du 2 août appelé aussi pèlerinage de la Portioncule. *

Charles Gissinger.

 

 


 

 *La Portioncule (Porziúncola en italien - de piccola porzione, « petite partie [de la terre] ») est une petite église d'Assise en Ombrie, datant du VIe siècle. Réparée par les soins de saint François d'Assise au XIIIe siècle, elle a la particularité d'être aujourd'hui entièrement englobée dans la Basilique Sainte-Marie-des-Anges construite entre 1569 et 1679.

 Des photos  du pélerinage de Sylvain Guengant sont disponibles dans l'onglet "Photos" puis "galerie du pélerinage" et d'autres de Corinne Salmont et Benoît Lorent sur le site du diocèse en cliquant sur le lien suivant:

http://www.catholique-reims.cef.fr/spip.php?article6502


 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Le nouvel orgue du sanctuaire des Hauts-Buttés enfin
inauguré !

C'est ainsi qu’en mai 2012 fut
fondée l’Association des Amis de l’Orgue et
du patrimoine culturel de Saint-Antoine des Hauts-Buttés (AAOHB). Nombre de
donateurs se sont manifestés au fur et à mesure de ces deux dernières
années : c'est pour rassembler et remercier toutes ces généreuses
personnes, sans oublier de saluer la mémoire des bienfaiteurs défunts dans
l’entre-temps, qu'un repas convivial dans les jardins du presbytère fut
concocté après l'office du matin. L'ancien propriétaire flamand de l’orgue
avait même fait le déplacement ! Suite à ces agapes, un concert, dans la
lignée de ceux de la saison 2013-2014, fut proposé à un public venu en nombre.
Les auditeurs, sous le charme, purent écouter un répertoire des plus
cosmopolites interprétés par de talentueux artistes musiciens et même
lyriques : Sébastien, Marie et Nicolas Cochard, Dominique Péry, Jean-François
Delogne, Nathalie Velin, Thierry Poncin, Dirk Verschraegen,  Philippe Cocu, et
Jean-Philippe Gélu.

Soucieuse de poursuivre ses missions,
l'AAOHB songe à présent, après avoir remplacé intégralement l’obsolète système
de sonorisation, à une restauration des quelques 2500 ex-votos recouvrant les
murs de la Basilique : n’hésitez pas à venir vous rendre au sanctuaire des
Hauts-Buttés !

 Sylvain Guengant

Vous pouvez aussi retrouver tous les moments de cette journée ( photos et vidéo) sur le site du diocèce, grâce au reportage de Corinne Salmon :

http://www.catholique-reims.cef.fr/spip.php?article6166

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A Dieu Céline,

Les fidèles de l'église St Antoine de Padoue aux Hauts-Buttés ne verront plus la frêle silhouette de Céline HENON. Chaque dimanche, arrivée discrètement, elle se dirigeait vers son instrument : l’orgue, pour accompagner la messe dominicale.

C'est ainsi que, durant plus de trente ans, Céline a participé à la vie spirituelle du sanctuaire dédié à St Antoine de Padoue.

 Après une carrière professionnelle bien remplie à Paris, elle revient avec son mari Georges dans la maison familiale de Haybes. De suite, tous deux se mettent au service de ce qui était encore une paroisse : les Hauts-Buttés. Ensemble, ils vont connaître trois prêtres : Michel Boulay ; André Despas ; Denis Godbillot

Son mari, Georges, décédé, Céline poursuit sa collaboration, participant à l'animation liturgique des messes et des grandes cérémonies : les pèlerinages des 13 et 14 Juin ; du 2 Août ; la messe pour la paix.

En 2000, c'est le départ des sœurs franciscaines pour Lons-le-Saunier.Très liée avec elles, Céline leur rendait visite chaque année.

 La paroisse, devenue sanctuaire, voit partir le dernier prêtre résident, l'abbé Denis Godbillot, en 2008. Un nouveau chapitre s’ouvre. Céline est de l'équipe pastorale qui accompagne un prêtre belge, le père Georges Bernard, venant les fins de semaine.

Elle poursuivra sa tâche jusqu'au bout, telle l'humble et fidèle servante.

Magnificat. 

                                                                                         Pierre Dupuy

 

 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Nous fêtions les 96 ans de notre organiste Madame Céline Henon, le 5 octobre dernier, nous vous informons de son rappel à Dieu,  le lundi 30 décembre 2013 .

Madame Henon, accompagnait encore la messe il y a 15 jours, comme elle l' a fait pendant plus de 30 ans.

 

Les 96 ans de notre organiste:

Le samedi 5 octobre 2013, lors de l'équipe liturgique, nous avons fêté les 96 ans de Céline HENON, notre organiste.

-----------------------------------------------------------------

 


Dimanche 5 mai 2013:

Bénédiction par le père Georges d'une statue de saint Antoine qui a été installée dans le jardin qui fait face à l'église.

 

 

----------------------------------------------------

Messe de minuit 2012:

Beaucoup de monde pour cette belle messe de minuit 2012, l'église étaient pleine. la crèche vivante fut bien appréciée.

 

----------------------------------------------------

Solichor chante pour l'orgue des Hauts-Buttés


Dimanche 25 novembre 2012 avait lieu un concert au profit de l'orgue du sanctuaire des Hauts-Buttés par l'ensemble vocal Solichor. Invités par le chapelain du sanctuaire Georges Bernard,c'était la deuxième fois que les solistes de l’École Nationale de musique et de danse de
Charleville-Mézières proposaient leur répertoire éclectique dans une église où
se produisent 8 à 10 concerts à l'année. L'objectif avoué était de promouvoir l'art lyrique, mais aussi de récolter des fonds pour achever la restauration du futur orgue de ce célèbre lieu de pèlerinage

 L'assemblée, venue en nombre, put régaler ses oreilles d'un répertoire où se mêlaient Haydn et des compositeurs moins connus comme Gastoldi ou Janequin, le tout présenté par le sémillant
Richard Dalla Rosa. Le final de ce concert marqué par « la paix et l'harmonie »
fut un « alléluia » particulièrement apprécié le jour de la fête du Christ-Roi.
S'ensuivit alors le verre de l'amitié où musiciens et auditeurs purent deviser
autour de boissons offertes par les sponsors de l'événement : Orval et Chimay.

Prochain concert à Hauts-Buttés :
Dimanche 16 décembre à 16h : piano et saxophone avec Sébastien Cochard et Romain Zante. Venez
nombreux !


Sylvain Guengant de l'équipe des Hauts-Buttés

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
L'église des Hauts-Buttés fait vivre la Saint Hubert

Samedi 3 novembre avait lieu dans le sanctuaire
des Hauts-Buttés une messe un peu spéciale puisque célébrant la saint Hubert
grâce à 11 sonneurs de cor de chasse ! C'est, en effet, la quatrième année
consécutive que l'église est archicomble à cette occasion faisant de cette
manifestation un succès jamais démenti. « C'est en retrouvant une statue de
saint-Hubert dans le grenier de l'église que l'idée nous est venue » nous
explique un membre de l'équipe liturgique en place. Les 11 sonneurs du Rallye du
Mont Malgré-Tout interviendront à cinq reprises lors de la célébration pour la
plus grande joie d'une assistance sous le charme. Le chapelain belge Georges
Bernard ne manqua pas d'évoquer dans une homélie grandement appréciée la vie de
Saint Hubert et l'apport incontestable des chasseurs au sein de la nature.

La réussite de cet événement doit également
beaucoup à l'équipe de Guy Tutiaux, président de l'Amicale des Chasseurs de
Monthermé, qui a contribué à la décoration de l'église et à la venue des
sonneurs : une réussite méritée pour les yeux aussi bien que pour les
oreilles !L'événement fut ensuite suivi du traditionnel pot de l'amitié préparé
par la dynamique équipe des bénévoles de Saint-Antoine des Hauts-Buttés qui
permit aux spectateurs et aux chasseurs de faire plus ample connaissance.

Sylvain  Guengant de l'équipe des Hauts-Buttés

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le 2 aout à eu lieu de pélerinage de la portioncule sous la présidence du père Pascal BARDET Vicaire général de notre diocèse

Homélie du père Bardet :

La Portioncule, cette petite église que St François à rebâtie à Assise et qui se trouve aujourd’hui
dans une basilique (Sainte Marie des Anges)

 Nous connaissons bien ce texte de l’annonciation où saint Luc met en œuvre le projet de Dieu dont saint Paul parle
ainsi : Lorsque fut arrivée, la plénitude des temps, Dieu évoqua son fils
né d’une femme et saint Luc le met en œuvre comme un récit de vocation.

En effet, si l’on regarde les récits de vocation des prophètes dans l’Ancien Testament . nous retrouvons les mêmes
éléments. Une apparition, un trouble ou une crainte, l’objet de la mission - vocation,
une question, un signe.

Et je trouve intéressant, à la suite de saint Luc, de voir dans ce texte la vocation de Marie ; dans toute vocation,
l’initiative est du côté de Dieu. C’est lui (ici à travers l’ange) qui vient à
l’homme et l’appelle au service de son projet.

Et la vocation de Marie est d’être réceptacle, d’accueillir en elle la vie même de Dieu pour l’offrir au monde.

En le disant ainsi, j’ai bien conscience d’évoquer la vocation de tout croyant : accueillir la Parole de Dieu pour
la faire naître au monde, la rendre efficace au cœur de notre temps.

Marie est tout accueil de cette Parole de Dieu, ce qui vient signifier son acceptation : je suis la servante du
Seigneur, qu’il m’arrive selon ta parole, ce que va développer par la suite son
magnificat, son chant d’action de grâces. Si vous regardez les notes de la
Bible, vous verrez que ce chant est un renvoi incessant aux psaumes, aux
prophètes et à l’humanité d’Israël. Un peu comme si la Vierge était tellement
habitée de cette Parole de Dieu qu’elle en fait une parole personnelle, qu’elle
retranscrit l'humanité du peuple dans son 
humanité  personnelle ce que Jésus ne cessera de faire.

Marie est tout accueil dans cette Parole de Dieu et nous invite à l’être à notre tour pour donner corps, donner chair à
cette parole.

Ce n’est pas pour rien que le diocèse de Reims a invité les  chrétiens  lors de sa démarche synodale, à se retrouver
autour de la Parole de Dieu pour la découvrir, la goûter, la partager afin qu’elle
puisse germer dans leur vie comme un grain de blé qui trouve une bonne terre.

Notre vocation commune commence là. Elle ne peut pas se penser hors d’une parole accueillie personnellement et en Eglise.
C’est l’accueil de cette Parole qui nous rend profondément fils, enfants de
Dieu, comme le rappelle saint Paul. Bien sûr, le baptême nous met dans cette
conditions de Fils de Dieu, mais qu’est-ce qu’un sacrement sans une parole
d’amour pour le faire vivre, lui donner consistance ?

De cette invitation de l’Eglise à nous nourrir de la Parole de Dieu est urgente si nous ne voulons pas voir s’étioler notre
vie extérieure, notre vocation; si nous voulons grandir sous la loi de l’Esprit - qui n’est pas une loi contraignante - dont nous serions esclave, mais qui
l’appel à la vie selon Dieu.

En même temps, si notre vocation commune est de faire naître la Parole de Dieu dans notre monde, et ce en l’accueillant en
profondeur pour qu’elle transforme notre vie, cette vocation va prendre des
visages différents : l’appel à être prêtres pour certains afin que
l’Eglise soit nourrie de la Parole et des sacrements ( Vatican  II ),l’appel à témoigner de l’Alliance du
Christ avec l’Eglise dans le mariage, l’appel à témoigner du don de soi en
s’engageant pour le respect de la dignité des hommes, l’appel à tout laisser
pour suivre le Christ  dans la vie religieuse….

Oui chacun est invité à entendre sa vocation, cet appel que le Seigneur lui adresse pour être son témoin, en participant à
l’élaboration de son Royaume.

Cette vocation est celle d’une vie. Je veux dire par là qu’elle peut prendre des visages différentes tout en gardant sa
ligne de fond. Cela signifie que je peux m’engager un temps dans un service
sans le vivre de la même façon toute ma vie. Je ne suis pas sûr qu’il soit bon
de rester dans le même fonction. C’est pour cela qu’il y a des mandats, car ce
serait penser que la Parole de Dieu est figée, qu’elle ne m’invite plus à aller de l’avant.

Saint François d’Assise,  puisque nous fêtons la Portioncule, avait
entendu le Seigneur lui demander de rebâtir son Eglise. Il avait pensé d’abord
qu’il s’agissait de remettre en forme une petite chapelle d’Assise, ce qu’il a
fait avant de découvrir que l’appel était plus profond que cela : Le
Seigneur lui demandait de refonder autrement son Eglise à travers la pauvreté
d’une vie.

Nous sommes à l’époque où se termine la féodalité – et les forces vives de l’Eglise sont alors dans ce schéma – et où commence
le pouvoir des villes  de l’argent,  et du commerce. Il s’agissait bien d’ouvrir,
de vivre autrement l’Eglise car le monde changeait et appelait des réformes.

L’Eglise romaine, de la même façon, parle aujourd’hui de nouvelle Evangélisation, non que l’ancienne soit caduque ou ait
échoué, mais parce que le monde change, que la transmission de la Parole de
Dieu se trouve confrontée à de nouveaux médias, que des populations ont entendu
cette Parole sans qu’elle puisse germer durablement

Que saint François - qui a osé en son temps une autre réponse -, que la Vierge Marie - qui a acquiescé à l’inconnu - , nous
donnent dans la force de l’Esprit de n’avoir pas peur d’inventer de nouveaux
chemins pour l’Evangile.

Père Pascal Bardet

Vicaire Général du diocèse de Reims

----------------------------------------------------------------------------------------------------------


PELERINAGE DE SAINT ANTOINE :  le mercredi 13 juin et jeudi 14 juin 2012

Comme chaque année, notre sanctuaire a fêté saint-Antoine le 13 juin, lors du pèlerinage annuel.

Malgré un temps très pluvieux et brumeux , 750 pèlerins étaient présents ce jour là autour de Mrg Rémy Vancottem, évêque de Namur,  qui cette année présidait la messe solennelle.

Voir les photos dans onglet "photos" du menu général.

 Homélie du 13 juin 2012, fête de Saint Antoine de Padoue

Notre pèlerinage au sanctuaire dédié de Saint Antoine
de Padoue est une démarche de foi car elle rappelle que notre vie sur terre est
un pèlerinage. 
Nous sommes de passage sur cette terre en route vers le Père. 
Pour celui qui est en route, il n’y a rien de plus important que de
connaître le chemin.  Les saints que nous
aimons nous conduisent toujours vers le Christ Jésus qui nous indique le but
ultime de notre vie.  Saint Antoine que nous
sommes venus prier aujourd’hui est là, sur notre route, pour nous aider à
trouver ou retrouver notre chemin vers Dieu.

L’évangile que nous venons d’entendre proclamer pour
éclairer notre route nous propose deux images, celle du sel et celle de la
lumière.

  • Le sel.  Nous savons que cela ne se consomme pas à la
    cuillère.  Il est là pour être mêlé à
    autre chose et lui donner saveur.  Mais
    si le sel perd sa force, si le chrétien s’affadit, perd son identité, alors
    demande Jésus, à quoi sert-il ? 
    « Il ne vaut plus rien. »  Il n’intéresse plus personne.    
    Nous demandons souvent aujourd’hui à quoi sert la foi.  Jésus nous répond : à
    donner de la saveur à la vie et à mettre en appétit de Dieu.
  • La lumière.  Elle envahit la Bible dès la première page
    « Que la lumière soit » (Gn 1, 2).  Là où est Dieu, là est la lumière.  « C’est
    toi, Seigneur, ma lampe.  Eclaire, mon
    Dieu, ma ténèbre
     » dit le psaume 18,19.  La lumière n’a pas besoin d’être
    prouvée.  Cela se constate et cela permet
    de voir.  La lumière n’est évidemment pas
    faite pour être cachée mais pour éclairer. 

Le message de l’évangile est donc clair : le
monde a son existence propre, mais l’évangile lui donne une saveur
particulière, l’évangile nous met en appétit de Dieu.  Il est sel. 
L’évangile révèle au monde son but ultime, sa finalité.  Il est lumière dans la ténèbre. 

Ce qui est étonnant dans la page d’évangile que nous
venons d’entendre, c’est qu’elle nous soit confiée à nous, chrétiens.  Autant nous croyons que Jésus est lumière
pour le monde, autant nous savons, nous savons bien que nous ne méritons pas
d’être appelés sel de la terre et lumière du monde.

Sans doute, ne sommes-nous chacun que cette petite
lampe palestinienne dont parle Jésus, mais ne suffit-elle pas à éclairer toute
la maison qui ne comporte d’ordinaire en Orient qu’une seule pièce.  Encore faut-il la mettre sur son support et
ne pas la glisser sous un boisseau. 
Un chrétien qui se cache, honteux de l’être, est déjà un peu mort.  Par contre, si nous tenons en mains nos
petites lampes allumées, à l’exemple des saints, alors notre maison, notre
Eglise en sera illuminée. 
Acceptons donc d’être humblement lumière pour répondre à l’appel de Jésus : faire briller
sa lumière pour que toute personne puisse en être éclairée.  Nous ne sommes pas la source  de la lumière, mais nous avons vocation à être
témoin de la lumière pour engendrer à la lumière, à commencer par nos proches.

En cette eucharistie, rendons grâce et bénissons Dieu,
car sur notre route, la route de notre vie, les saints comme Saint Antoine de
Padoue nous montrent le chemin et éclairent notre route.  Saint Antoine, en ce lieu où beaucoup
viennent te prier, intercède pour nous. 
Nous te confions toutes nos intentions, tous ceux que nous aimons ;
nous te confions notre Eglise, nos prêtres et tous les êtres chers pour qui et
avec qui nous faisons pèlerinage aujourd’hui.

Cher Saint Antoine, toi qui fus un grand prédicateur
de l’évangile, apprends-nous à nous laisser éclairer par lui pour en vivre et
en témoigner tout au long de notre vie.

+ Rémy Vancottem

Création 2011
Mentions légales